Bon Dié Ka Bon Do !

Connaissez vous l’histoire de la petite vendeuse de pull qui refusaient de se faire évangéliser ?

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Alors voilà, c’était une petite vendeuse qui se fit embaucher par une famille de marchand de pull évangéliste illuminati. Un jour, en discutant avec son patron elle lui dit qu’elle tirait le tarot comme sa mère. Le patron vit cela d’un mauvais oeil et rentrant chez lui, il dit : « Tarot, c’est Diab ! Je vais lui montrait que c’est être sous l’emprise du diable de vouloir connaître l’avenir. ».

Alors le patron convoqua un ami pasteur et ensemble ils lui jetèrent un premier sort afin qu’elle souffre pour ses péchés, et qu’elle se rende compte à quel point tirer les cartes lui portait malheurs.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Fais ce que je dis ! Ne fais pas ce que je fais !

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Alors, la petite vendeuse était très malheureuse. Elle pleurait toutes les nuits et même parfois au travail. Un jour, elle fit la connaissance d’un sorcier médium espagnol. Elle lui raconta ses problèmes et le sorcier médium espagnol lui dit « Je te protège ».

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Le patron évangéliste apprenant cette amitié rentra chez lui encore plus fâché et dit à son ami pasteur : « Médium, c’est Diab ! On doit lui montrait à cette fille que ce qu’elle fait ne peut que la rendre malheureuse. Dieu n’aime pas qu’on fasse la divination. ». Alors, le patron évangéliste et son ami pasteur se rendirent chez un ami sorcier évangéliste pour faire un rituel d’éloignement. Et la petite vendeuse se disputa avec le sorcier médium espagnol qui la protégeait. Et les problèmes reprirent de plus belle.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Fais ce que je dis ! Ne fais pas ce que je fais !

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Alors, le petite vendeuse se rendit chez un marabout africain et lui raconta encore tout ses problèmes. Le marabout africains lui fit contre un peu d’argent un bain de nettoyage et un bain de protection.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

La petite vendeuse enfin délivrée des mauvais sorts du patron évangéliste se sentait beaucoup mieux. Elle retrouvait le sourire et allait au travail de bonne humeur. Mais le patron évangéliste vit cela d’un mauvais œil. Il trouvait ça louche. Puis, il apprit qu’elle était aller voir un marabout africain.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Fais ce que je dis ! Ne fais pas ce que je fais !

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Le patron évangéliste rentra chez lui encore plus en colère et dit : « Marabout, c’est Diab ! Je vais te remettre moi dans le chemin de Dieu et bientôt tu demanderas pardon pour tout ce que tu fais ! ».

Alors, le patron évangéliste alla voir un autre évangéliste qui était médecin à l’hôpital et qui le fournissait en acide chlorhydrique en lui disant : « Dieu ne permet pas de tels agissements, il faut qu’elle comprenne que c’est la main de Dieu qui la punis ». Le patron en mit tout les jours dans la bouteille d’eau de son employée pour qu’elle est des problèmes d’estomac afin qu’elle comprenne que Dieu la punit pour ce qu’elle fait.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Bien que la petite vendeuse était en pleine forme, souriait tout le temps, et travaillait de mieux en mieux toujours dans la bonne humeur ; elle souffrait de terrible maux de ventre et vomissait de plus en plus souvent. Alors, elle alla voir un hougan haïtien.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Elle racontât son problème au hougan Haïtien et le hougan Haïtien qui est un prêtre vodou lui donna des prières à faire le soir à la lumière des bougies qu’elle allumait tout les soirs. Mais dans Cayenne ça se sut très vite. On voyait toute les nuits à travers les rideaux de la petite vendeuse la demeure illuminée par des bougies.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Le patron évangéliste le sut rapidement. Et, soupçonnant quelque chose, il pirata ses comptes mails et facebook et surpris des échanges amicaux avec le hougan haïtien. Il vit cela d’un très mauvais œil, et dit : « Hougan, c’est Diab ! Voilà que maintenant elle fait le vaudou ! Je vais lui montrait moi que Dieu n’accepte pas ça, bientôt elle demandera pardon pour ce qu’elle fait à Dieu. ».

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Fais ce que je dis ! Ne fais pas ce que je fais !

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Alors, durant une journée de travail ordinaire, il envoyé son employé chercher du café et en profita pour faire un moulage de la clé de son appartement afin d’en faire plusieurs doubles. Et, tout les jours, pendant qu’elle travaillait au magasin, d’autres évangélistes se rendaient chez elle pour dérober des papiers administratifs importants pour ses démarches et lui créer des problèmes. Elle finirait bien par comprendre que ce hougan haïtien lui apporte des problèmes et ralentis ces démarches administratives, ce qui peut également lui créer de gros problèmes financiers. Alors, la petite vendeuse perdaient ses papiers, ne s’en sortaient plus et s’enfoncer dans les problèmes d’argent.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Alors, la petite vendeuse fit la connaissance d’un quimboiseur kreyol, et lui raconta tout ses problèmes d’argent. Le quimboiseur kreyol lui dit : « Ne t’inquiètes pas pour l’argent, je vais te donner des numéros à jouer pour la prochaine loterie. ». Et il lui donna une liste de numéros à jouer.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Apprenant qu’elle s’était encore liée d’amitié avec un quimboiseur, le patron évangéliste rentra chez lui et dis : « Quimboi, c’est Diab ! Loterie, c’est Diab ! Je vais lui montrait moi que c’est pas les jeux d’argent ou le quimbois qui vont la sortir des problèmes dans lesquels elle s’est mise vis à vis de Dieu ! ».

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Fais ce que je dis ! Ne fais pas ce que je fais !

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Alors, le patron évangéliste alla voir un voyou évangéliste de Chicago, le quartier chaud de Cayenne. Et contre de l’argent, il lui demanda de lui faire peur. Le voyou évangéliste alla la nuit dans sa résidence et lui creva les quatre pneus en déposant une menace de mort sur le part brise.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

La petite vendeuse se fâchât alors avec le quimboiseur kreyol qu’elle accusa. Et ne joua pas ses numéros et donc ne gagna pas d’argent. Et les problèmes grossir, grossir.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

C’est alors, que la petite vendeuse alla voir un bokor et lui raconta toute l’histoire : L’espagnol m’a dit qu’il me protégé, l’africain m’a nettoyé, l’haïtien m’a fait prier, le kreyol m’a donné des numéros à jouer et pourtant j’ai toujours mal au ventre et j’ai des problèmes d’argent… Et maintenant, on me menace de mort ». Le bokor lui dit : « Ne t’inquiètes pas, je vais te faire un contre sort et tout se retournera contre ceux qui te veulent du mal. ».

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Le patron évangéliste apprenant qu’elle était allait voir un bokor rentra chez lui encore plus mécontent, et dit : « Bokor, c’est Diab ! Bokor c’est sorcellerie noire ! Je vais lui montrer moi que Dieu n’acceptes pas ça !

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Fais ce que je dis ! Ne fais pas ce que je fais !

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Alors, le patron évangéliste fit faire plusieurs double des clés de la demeure de la petite vendeuse et demanda à tout ses amis évangélistes de s’introduire chez elle en son absence pour déplacer les objets chez elle et lui faire peur.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Les évangélistes prenaient cette mission de Dieu très au sérieux car le patron lui avait dit que cette fille faisait le diable et qu’il fallait lui faire peur pour qu’elle arrête et vienne demander pardon en priant avec eux. Les évangélistes mettaient des poudres vaudou sous son lit pour troubler son sommeil, des lotions vaudou sur ses murs pour troubler ses prières et déplacer les couteaux de sa cuisine partout dans l’appartement pour qu’elle croit que les esprits du bokor se tournaient contre elle. Mais le contre sort était envoyé et la petite vendeuse compris.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Mais qu’est ce qu’elle compris ?

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Elle comprit qu’on s’introduisait chez elle et changea sa serrure. Elle comprit que son patron fouiller dans son sac, dans son téléphone, dans ses papiers, quand elle avait le dos tournés. Elle comprit que son patron mettait des produits dans l’eau qu’elle buvait à la pause pour qu’elle est des problèmes de santé.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Mais qu’est ce qui arriva ?

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Il arriva ce qui devait arriver ! Le patron évangéliste eut des problèmes de santé, et il du se faire opérer des yeux, mais ça s’aggraver et il eut de plus en plus de problèmes de santé. Le patron évangéliste eut des problèmes d’argent, perte du chiffre d’affaire suivis d’un contrôle fiscale, il du fermer son magasin avec de grosses amendes pour fraudes en prime ! Il pria, pria, pria et demanda milles fois pardon à Dieu, mais Dieu ne lui pardonna jamais car Dieu ne permet pas qu’on punisse à sa place.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Et la petite vendeuse ? Qu’est ce qui arriva à la petite vendeuse ?

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

La petite vendeuse trouva un meilleur travail comme responsable de magasin, elle gagna plus d’argent, et s’acheta une voiture neuve.

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Moralité : Avant de juger la vie des autres, regarder plutôt vos agissements. L’idolâtrie n’est pas de donner ou non une image à un Dieu, mais le fanatisme religieux est de l’idolâtrie !

Obladi … Oblada … Jakadi … Jakata !

Rappelez vous toujours l’histoire de la petite vendeuse de pulls de Cayenne la prochaine fois que vous voudrez punir quelqu’un pour quelque chose qui ne vous regarde pas !

Ayibobo

(conte tiré d’une histoire vraie)

Publicités