Bilolo Kongo

Je suis un nègre arraché de sa terre , jetté et oublié dans les cales des négriers , battus et révoltés lors des traversés,la mer fut le salut pour beaucoup d’entres nous ;pressés de retourné a IFÉ ,arrivé sur cette terre ,on ne me convertit que par le fouet , on a changé nos noms mais on savaient qu’on allait le transmettre a nos descendants . On a fait appels a nos Orishas nos lwas afin de nous guider dans notre quête pour la liberté,
Par une nuit de pleine lune ou les eclairs zébraient le ciel de leurs glaives argentées s’est tenue la grande rencontre mystique et politique connue sur le nom de bois kaiman .
Par la force de nos lwas on a infligée une déculottée à la plus grande armée du monde.
Je suis devenue a nouveau cet nègre africain dénommé Bilolo kongo, je suis fou de ma spiritualité ancestrale , dans ma philosophie de vie qui est du vodou a l’état pure je ne connais pas la notion de sauveur. En 300 ans d’esclavages il s’était pas présenté pas une fois pour assister aux agonies de ceux qui voulaient humer l’air de la liberté. Aux détracteurs de ma spiritualité j’ai demandé en maintes fois de qui ou de quoi je devrais être sauvé, j’ai jamais eu de réponse .
Le dieu de mes ancêtres vit en moi et je respires que par lui, et j’ai pas besoin d’un quelconque dieu qui as maudit ma race et qui ignore la couleur de ma peau d’ébène . Je suis pas un mouton et votre notion de salut je m’en balance et je m’en contre fiche , je suis mon salut,
J’ai pas besoin de pratiquer vos religions dites révélées par le mensonge pour être bon et pratiquer le bien autour de moi, j’ai pas besoin d’un dieu qui s’est choisi un peuple élu , aux yeux des dieux de mes ancêtres nous sommes tous des élus.
Dans mon vodou a moi , je vous incite pas a la conversion , je vous prêche pas ,je vous évangélise pas , je traites pas vos pratiques de diabolique , dans ma culture le diable je connais pas , pour connaître le diable il faut être chrétiens .
Dans mon vodou a moi j’ai pas de livre sacré mais j’adore lire le code noir.je me suis désaliéner et déchristianiser et tout ceci grâce au fameux code noir.
Désormais je suis une âme libre, qui vomit sur votre paradis imaginaire , l’enfer n’est rien parce que le feu de la terre nourricière vivent en nous .
AYIBOBO
BILOLOOOO KONGO.

I am a Negro ripped off his land, Jetté and forgotten in the holds of the slave traders, beaten and revolted when the crossed, the sea was the salvation for many of between us; hurry returned to Wei, arrived on this earth, it does convert me by the whip, we changed our names but you knew that would transmit it has our descendants. We did calls to guide us in our quest for freedom, by a moonlit night our our LOAs Orishas or lightning lit up the sky of swords silver meeting was held the great mystical and political known on wood kaiman.
By force of our LOAs a hammering at the largest army in the world has imposed.
I became again this referred to as African Negro kongo Bhat, I’m crazy about my ancestral spirituality, my philosophy of life which is the State of vodou is pure I do not know the notion of Savior. In 300 years of slavery it had not appeared not once to attend the agonies of those who wanted to breathe the air of freedom. The detractors of my spirituality I have asked many times that or anything I should be saved, I’ve ever had response.
The God of my ancestors lives in me and I breathe by him, and I have no need of a any God who have cursed my race and which ignores the color of my skin of ebony. I’m not a sheep and your notion of salvation I balance and I against I plug, my salvation, I have no need to practice your so-called religions revealed by lying to be good and practice good around me, I not need a God who has chosen a chosen people, in the eyes of the gods of my ancestors we all elected officials.
In my Voodoo to me, I urge you not to conversion, I not preach, I evangelizing, I treated your diabolical practices, not in my culture the devil I know, know the devil to be Christians.
In my Voodoo to me I have no sacred book but I love read the code noir.je I am empowering and déchristianiser and all this thanks to the famous code black.
Now I am a free soul who vomit on your imaginary paradise, hell is nothing because the fire of the nourishing Earth live in us.
AYIBOBO BILOLOOOO KONGO.

Publicités